Inflation Reduction Act of 2022

Montant La source
REVENU
222 milliards de dollars 15% d’impôt minimum sur les sociétés *
265 milliards de dollars Réforme de la tarification des médicaments sur ordonnance **
124 milliards de dollars Amélioration de l’application des taxes IRS **
74 milliards de dollars 1% de frais de rachat d’actions *
52 milliards de dollars Prolongation de la limitation des pertes *
737 milliards de dollars Total des revenus générés
INVESTISSEMENTS
369 milliards de dollars Investissement dans la sécurité énergétique et le changement climatique ***
64 milliards de dollars Extension de la Loi sur les soins abordables **
4 milliards de dollars Résilience à la sécheresse de l’Ouest ***
437 milliards de dollars Investissements totaux
300+ MILLIARDS DE DOLLARS RÉDUCTION TOTALE DU DÉFICIT

* Commission mixte sur la fiscalité ** Bureau du budget du Congrès *** Estimation du Sénat en attente de l’estimation du CBO

Chaque élément du projet de loi de 755 pages relève de l’un des deux domaines énumérés dans le tableau : les revenus ou les investissements. Étant donné que la législation génère plus de revenus que le montant dépensé, la différence entre les deux est disponible pour la réduction du déficit.

Voici les points saillants de certaines des caractéristiques les plus notables de la loi sur la réduction de l’inflation de 2022 :

Impôt minimum sur les sociétés de 15 %

Le projet de loi introduit un nouvel impôt minimum de 15% sur les sociétés pour aider à payer les mesures climatiques et sanitaires. La taxe s’applique aux entreprises qui génèrent 1 milliard de dollars de revenus annuels. Le Joint Committee on Taxation (JCT) estime que la taxe générera 222 milliards de dollars de revenus au cours de la prochaine décennie.

Les exonérations de la taxe exigées par la sénatrice Kyrsten Sinema (D-Arizona) pour garantir son vote pour le « oui » comprennent :

  • Exonération pour les entreprises qui utilisent l’amortissement accéléré pour aider à payer de nouveaux investissements.
  • Exclusion des petites entreprises qui sont des filiales de sociétés de capital-investissement.

Réforme du prix des médicaments sur ordonnance

Le projet de loi permet à Medicare de négocier pour la première fois les prix de certains médicaments. C’est une politique que les démocrates ont tenté d’adopter, malgré les objections de l’industrie pharmaceutique, pendant de nombreuses années. Les dispositions devraient permettre d’économiser 265 milliards de dollars sur 10 ans selon l’analyse du CBO.

Plus précisément, la législation permettrait à Medicare de négocier des prix plus bas pour 10 médicaments coûteux à partir de 2026. Cela passerait à 20 médicaments d’ici 2029. Les entreprises qui refusent de négocier seront assujetties à une taxe de vente pouvant atteindre 95 % sur ce médicament. La facture comprend un plafond sur le prix négocié du médicament spécifié. Les démocrates modérés, y compris le sénateur Sinema, ont inséré une exigence selon laquelle les négociations de prix ne s’appliquent qu’aux médicaments plus anciens (9 ans pour la plupart/13 ans pour les médicaments biologiques).

95%

Pénalité de taxe de vente imposée aux entreprises qui refusent de négocier les prix des médicaments avec Medicare.

Le projet de loi plafonne les frais de médicaments à 2 000 $ par an pour les bénéficiaires de Medicare, à compter de 2025.

Il plafonne également les coûts d’insuline pour les personnes sous Medicare à 35 $ par mois. La proposition initiale prévoyait un plafond pour les patients de Medicare et d’assurance privée, mais les républicains ont voté contre l’extension de la protection à ceux qui bénéficient de régimes privés.

D’autres plafonds du coût des médicaments, qui s’appliquent principalement aux bénéficiaires de Medicare, figurent également dans la législation. Ceux qui obtiennent une assurance dans le cadre de régimes privés sont largement exclus de ces plafonds, car les règles du Sénat limitent l’étendue de ces dispositions.

Une protection supplémentaire oblige les sociétés pharmaceutiques qui augmentent les prix de Medicare plus rapidement que le taux d’inflation à verser des remises au gouvernement pour la différence de prix.

Amélioration de l’application des taxes IRS

La loi de 2022 sur la réduction de l’inflation alloue 80 milliards de dollars à renforcer l’application par l’IRS. Les partisans de la mesure espèrent que des employés supplémentaires et une meilleure technologie permettront à l’IRS d’attraper plus de fraudeurs fiscaux, en particulier parmi les ultra-riches. Le CBO pense que cela pourrait augmenter les revenus de l’IRS d’au moins 124 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie.

Rachats d’actions seront assujettis à une taxe supplémentaire une fois que la législation sera entrée en vigueur. Une taxe d’accise de 1 % sur les rachats devrait générer 74 milliards de dollars d’ici 2031.

Pour récupérer les recettes fiscales perdues au profit du capital-investissement, la loi impose une limite aux pertes que les entreprises peuvent déduire de leurs impôts. Ces mesures visent à empêcher les particuliers fortunés de réduire voire d’annuler leur impôt sur le revenu et devraient rapporter jusqu’à 52 milliards de revenus supplémentaires.

Investissement dans la sécurité énergétique et le changement climatique

L’investissement le plus important réalisé par la loi sur la réduction de l’inflation de 2022 concerne la sécurité énergétique et le changement climatique. Il totalise 369 milliards de dollars et se compose des éléments suivants :

Incitatifs aux entreprises et crédits d’impôt

  • Incitations pour les entreprises à déployer des sources d’énergie à faible émission de carbone et sans carbone.
  • Crédits d’impôt pour la production d’énergie et les investissements dans les énergies éolienne, solaire et géothermique.
  • Crédits d’impôt pour investissement dans le stockage en batterie et le biogaz.
  • Crédits d’impôt pour les investissements dans l’énergie nucléaire, l’énergie hydrogène provenant de sources propres, les biocarburants et la technologie qui capte le carbone des centrales électriques à combustibles fossiles.
  • Primes pour les entreprises basées sur la rémunération des travailleurs et la fabrication d’acier, de fer et d’autres composants aux États-Unis

Les nouvelles règles de crédit d’impôt rendent le crédit d’impôt pour VE difficile à obtenir :

  • EV doit être fabriqué en Amérique du Nord.
  • Élimine les crédits pour les véhicules électriques coûteux, c’est-à-dire Hummer EV, Lucid Air et Tesla Model S et Model X.
  • Réduit le crédit d’impôt sur les nouveaux véhicules électriques avec des minéraux de batterie provenant de pays autres que les États-Unis

Incitations aux entreprises et aux consommateurs

  • Incitations aux entreprises et aux consommateurs qui font des choix énergétiques plus propres.
  • Crédits d’impôt pour les coûts résidentiels d’énergie propre, y compris l’énergie solaire sur le toit, les pompes à chaleur et les petits systèmes d’énergie éolienne. Crédit de 30 % jusqu’en 2032 – progressivement réduit après 2032.
  • Crédits d’impôt pour véhicules électriques jusqu’à 7 500 $ sur les véhicules électriques neufs et 4 000 $ sur les véhicules d’occasion.
  • Crédit d’impôt pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires.
  • Subventions et prêts pour aider les entreprises à réduire les émissions de méthane provenant du pétrole et du gaz.
  • Redevances prélevées sur les producteurs ayant des émissions de méthane excédentaires.
  • 27 milliards de dollars pour des incitations supplémentaires pour les technologies d’énergie propre.

Certaines dispositions de la loi de 2022 sur la réduction de l’inflation augmentent en fait la production de combustibles fossiles sur les terres publiques.

Utilisation des terres publiques

  • De nouvelles exigences pour organiser des ventes de baux qui ouvrent de nouvelles productions de pétrole et de gaz.
  • Rétablissement d’une récente vente de concession pétrolière et gazière offshore qui a été annulée pour des raisons environnementales.
  • Exigence que le ministère de l’Intérieur détienne au moins trois autres ventes de baux pétroliers et gaziers offshore d’ici octobre prochain.
  • Augmentation minimale des redevances pour les entreprises qui extraient du pétrole et du gaz sur les terres et les eaux publiques.
  • Redevance supplémentaire pour l’extraction de gaz sur les terres publiques et l’eau qui est ensuite brûlée ou rejetée comme déchet au lieu d’être vendue comme combustible.

Provisions diverses

  • 3 milliards de dollars pour des subventions globales pour la justice environnementale – des programmes communautaires qui traitent des dommages causés par le changement climatique et les polluants, dont 20 millions de dollars pour l’assistance technique au niveau communautaire, jusqu’à l’exercice 2026.
  • Plus de 3 milliards de dollars pour la surveillance de la pollution de l’air dans les communautés à faible revenu, dont 117 millions de dollars pour les communautés à proximité des polluants industriels.
  • Hausse de la taxe d’accise de 9,7 à 16,4 cents le baril sur le pétrole et les produits pétroliers bruts importés pour financer le nettoyage des sites de catastrophes industrielles.
  • Extension permanente de la taxe sur la production de charbon qui finance le Black Lung Disability Trust Fund, qui finance les réclamations des travailleurs atteints de la maladie.

Extension de la loi sur les soins abordables

La législation prolonge l’aide financière pour aider les personnes inscrites à l’ACA jusqu’en 2025. Sans cette action, l’aide supplémentaire aurait cessé à la fin de 2022. La disposition élargit également l’éligibilité pour permettre à davantage de personnes de la classe moyenne de recevoir une aide premium. L’extension de l’aide de l’ACA est estimée à 64 milliards de dollars par le CBO.

Résilience occidentale à la sécheresse

Un ajout de dernière minute à la loi sur la réduction de l’inflation comprend un nouveau financement de 4 milliards de dollars pour la sécheresse qui sévit dans l’ouest des États-Unis. La loi demande au Bureau of Reclamation de remédier à la sécheresse de 22 ans qui affecte cette partie du pays.

Les fonds serviront à indemniser les agriculteurs qui réduisent volontairement leurs livraisons d’eau dans le cadre d’accords à court terme ou pluriannuels, ainsi que des projets qui conservent l’eau dans le lac Mead et le lac Powell. Des fonds seront également disponibles pour atténuer les effets environnementaux de la diminution des sources d’eau intérieures telles que la mer de Salton et le Grand Lac Salé.

Estimations supplémentaires du Bureau du budget du Congrès (CBO)

Le CBO estime que, parce que les économies sur les médicaments sur ordonnance seraient plus importantes que les nouvelles dépenses, les dépenses nettes seraient réduites de près de 15 milliards de dollars jusqu’en 2031. Cela comprend des économies de près de 40 milliards de dollars en 2031.

Les impôts nets diminueraient d’environ 2 milliards de dollars par an une fois la loi sur la réduction de l’inflation de 2022 entièrement mise en œuvre, selon les estimations du CBO. Le CBO tient également compte de ce qu’il appelle les effets d’entraînement des salaires plus élevés résultant de la baisse des primes de soins de santé dans le cadre de l’ACA.

Dans l’ensemble, le CBO estime à 790 milliards de dollars de compensations pour financer environ 485 milliards de dollars de nouvelles dépenses et d’allégements fiscaux. Étant donné que cette législation réduit en fait les déficits, ses partisans pensent qu’elle réduira également l’inflation et servira de mesure de réduction des risques contre la récession.

Modèle budgétaire de Penn Wharton

Une étude souvent citée par les critiques de l’Inflation Reduction Act de 2022 a été menée par la Penn Wharton School de l’Université de Pennsylvanie. Le modèle budgétaire de Penn Wharton (PWBM) estime que la loi sur la réduction de l’inflation réduirait les déficits cumulés de 248 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie sans impact sur le PIB en 2031.

L’impact anticipé sur l’inflation, selon Penn Wharton, sera “statistiquement indiscernable de zéro”. PWBM a mené un scénario alternatif dans lequel les subventions de la Loi sur les soins abordables sont rendues permanentes. Selon ce scénario (qui ne fait pas partie de la législation actuelle), l’estimation de la réduction du déficit sur 10 ans tombe à 89 milliards de dollars.

De combien la loi de réduction de l’inflation de 2022 réduira-t-elle le déficit ?

Les estimations vont de l’estimation du modèle budgétaire de Penn Wharton de 248 milliards de dollars au score du Bureau du budget du Congrès de 305 milliards de dollars. La plupart des autres estimations sont de 300 milliards de dollars ou plus.

Quelles sont les conséquences fiscales de la loi sur la réduction de l’inflation de 2022 ?

Selon la Tax Foundation, la législation n’exige aucun nouvel impôt pour les familles gagnant 400 000 $ ou moins. Le projet de loi prolonge les crédits d’impôt sur les primes d’assurance maladie étendus prévus dans l’American Rescue Plan Act (ARPA) jusqu’à la fin de 2025. La législation impose également un impôt minimum de 15 % sur le revenu comptable des sociétés dont les bénéfices dépassent 1 milliard de dollars, en vigueur pour les années d’imposition. commençant après le 31 décembre 2022.

Quel sera l’impact de la loi sur la réduction de l’inflation de 2022 sur l’inflation ?

La réponse dépend de qui vous demandez. Les démocrates du Sénat affirment que la baisse des coûts des ordonnances et de l’énergie réduira l’inflation, du moins au fil du temps. Le Congressional Budget Office ne voit que peu ou pas d’impact sur l’inflation cette année.

L’essentiel

La loi sur la réduction de l’inflation de 2022 est la plus controversée en ce qui concerne le sujet du titre de la mesure : l’inflation. Il n’y a pas de véritable consensus sur la mesure dans laquelle – ou même si – le projet de loi réduira l’inflation.

Il y a peu de débats sur le fait que la loi réduira le déficit, bien qu’avec une certaine variation dans le montant de la réduction du déficit. La partie du projet de loi qui traite des coûts des médicaments sur ordonnance est bien inférieure à ce que les démocrates espéraient, mais tous conviennent que c’est au moins un bon début.

Bien que l’augmentation des impôts sur les sociétés et les riches soit généralement populaire, certains conservateurs craignent que ces mesures ne découragent les investissements et l’embauche des entreprises concernées.

En fin de compte, personne n’a obtenu tout ce qu’il voulait, ce qui montre au moins que l’art du compromis n’est pas mort à Washington.

See also  Gum Disease Can Be Serious